Avertir le modérateur

06 janvier 2011

Sperme et pollution : l'exemple chinois

2005218067_a5e8480c86_b.jpg

Vous n'êtes peut-être pas encore au courant, mais vous risquez de bientôt l'être : le sperme européen, américain et australien n'est pas en grande forme. En effet, selon un compte-rendu publié par l'European Science Foundation, 1/5ème des européens âgés de 18 à 25 ans seraient « sous-fertiles ». Quant à Shanna Swan, du Center for Reproductive Epidemiology, elle estime que le nombre de spermatozoïdes par éjaculat chute depuis plusieurs années de 3% par an en Europe et en Australie, et de 1,5% en Amérique.

Selon elle, même si des études supplémentaires sont nécessaires pour prouver la chose (certaines pointent d'ailleurs des soucis méthodologiques dans ce genre de constat), les produits chimiques, la pollution et, globalement, le fait que les hommes subissent moins que les femmes des pressions sociales quant à leur santé, leur bien-être, ou leurs régimes alimentaires, seraient responsables de ce ralentissement de la fertilité masculine.

En fouillant un peu autour de cette information (qui, pour mes plus affutés lecteurs, n'aura rien d'une nouvelle fracassante, j'en conviens bien), j'ai trouvé cette étude chinoise (ne parlant pas le chinois, j'ai dû me contenter du résumé, et je me sens un peu mal, je l'avoue) montrant que la qualité du sperme chinois est restée stable de 1985 à 1995, pour connaître ensuite une baisse relativement spectaculaire - soit -1,4% par an en termes de volume d'éjaculat, et de -2,15% en termes de nombre de spermatozoïdes.

Autrement dit : comme par hasard au moment où la Chine s'est éveillée (pour reprendre le bon mot de feu Alain Peyrefitte, ah ah quel margoulin) économiquement et industriellement parlant. Eveil qui s'est soldé et se solde par l'émission dans l'atmosphère, les sous-sols et les rivières d'une masse de produits chimiques pouvant rendre chauves (voire pire !) plusieurs générations de Nicolas Hulot(s).

Par contre, si vous voulez mon avis (et oui, vous le voulez) ce n'est vraiment pas une mauvaise nouvelle. Mais je vous expliquerai ça plus tard - ou pas. Lol.

***

Crédit photo

 

 

15:36 Publié dans En cours | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : sperme, pollution, chine, fertilité | |  Facebook

Commentaires

Etude interessante. Si on perd réellement 3% de sprematozoides par an, dans un peu plus de 30 ans on est mal :D

Écrit par : calendrier 2011 | 06 janvier 2011

Intéressante comme info. C'est un peu comme un système de contrôle des naissances naturel inattendu.

Je m'explique. T'as une population de renards qui se nourrit sur une population de lapins. Quand y'a trop de lapins ça menace la population de carottes, heureusement Dame Nature rameute les renards qui se gavent de lapins pour prendre des forces pour (for)niquer comme des... ben des lapins. Donc y'a de plus en plus de renards qui bouffent de plus en plus de lapins. Ca abouti à moins en moins de lapins puisqu'ils se font croquer, donc plus en plus de carottes et moins en moins de renards... ça s'appelle un équilibre.
Quand le lapin apprend à faire pousser ses carottes et invente le fusil pour tuer les chasseurs... euh... les renards. Les lapins brisent l'équilibre. Ils (for)niquent comme ils en ont l'habitude et conquièrent la planète. Une fois qu'ils pensent que la planète est conquise, v'là pas que les lapins du complexe agro-alimentaire se mettent à arroser les champs avec du viagra génétiquement modifié (pour avoir de plus grosses carottes). Sauf que, sans test sanitaire, les grosses carottes qu'ils s'enfilent sont mauvaises pour (les) lapines.

Bon, je schématise un peu, mais c'est quand même bien fait la nature.

Écrit par : Febronio | 06 janvier 2011

cher calendrier 2011 :
si on part de 100 spermatozoides (c'est un exemple)
et qu'on en perd 3% chaque année,
au bout de 30 ans
on en a encore 100 * (0,97 ^30) = 40

:o)

Écrit par : 0,97 ^ 30 | 07 janvier 2011

Merci pour l'information et pour les liens, c'est intéressant.

Écrit par : Sicotine | 08 janvier 2011

Et la pratique du vélo dans tout ça? En effet la pédale réduit les performances testiculaires (sic) alors merci le vélib?! Faut-il choisir de s'user les couilles (pour dire ça joliment,lol) sur la selle de son vélo ou prendre sa voiture au risque de voir réduites ses performances par le rejet de gaz polluant ...?

Écrit par : Supernova* | 20 janvier 2011

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu