Avertir le modérateur

31 janvier 2011

Le nombre de partenaires sexuels de votre mère pourrait influer sur la qualité de votre sperme

14706726_496b70671b_o.jpg

Au cas où vous n'auriez pas suivi, le sperme ne va pas très bien (oui, on dit LE sperme, comme on dit LA femme, ça pousse l'emphase, le peuple a peur et tremble devant vos lumières et n'ose que rarement l'ouvrir, c'est tout bénef).

Vous connaissez donc l'hypothèse d'un lien entre pollution et ce déclin annoncé qui nous mènera, vous et moi et tous nos enfants (enfin, surtout les vôtres) vers une disparition certaine, mais reste que je crois bien que personne n'a eu l'idée de supposer que, peut-être, ça se pourrait bien que ce patraquage (du verbe patraquer: devenir patraque) spermatique soit aussi (parce que les causes peuvent être multiples) lié au fait que les femmes n'ont pas assez d'amants.

Je m'exp'iq'.

Plus les femelles Mus domesticus ont de partenaires sexuels (en l'occurrence 3), plus le sperme de leurs descendants devient fort et fertile au cours des générations (en l'occurrence, 12) selon l'actuelle livraison de BMC Evolutionary Biology - et en accès libre <3 - qui livre une chouette (bien qu'elle porte sur des souris, ah ah) étude de Renée C. Firman et de Leigh W. Simmons.

Si vous suivez encore mieux que je ne le pense, vous aurez reconnu ici un cas classique de compétition spermatique, une puissance force sélective, à l'échelle de l'évolution, et mise en lumière dès Darwin-himself (tatatiiiiiiin ♪♫), dans son second chef d'œuvre, La descendance de l'homme et la sélection sexuelle. Une telle compétition spermatique, ô lecteurs lettrés à qui je n'apprends rien, se fait voir, par exemple, dans l'évolution des caractères sexuels primaires (la taille des testicules, la forme du péni') et secondaires (les bois des cerfs, les plumes du paon, etc.) des mâles de nombreuses espèces sexuées.

Mais attention ! Car si ce cas est classique, cette étude est la première à montrer que la compétition spermatique et la polyandrie améliorent substantiellement le sperme de vertébrés. D'où mon idée première : si le sperme humain s'essouffle aujourd'hui, c'est peut-être qu'il paye le prix d'une sexualité féminine bornée et contrôlée depuis des milliers de générations. Ou comment, en croyant bien faire et en satisfaisant son bon plaisir immédiat à coups de patriarcat, de harems et autres ceintures de chasteté, LE mâle ancestral s'est bel et bien tiré une magnifique balle dans le pied - enfin, dans les testicules.

Oui, comme vous dites, aïe.

23:49 Publié dans En cours | Lien permanent | Commentaires (20) | Tags : sperme, polyandrie, polygamie, compétition spermatique | |  Facebook

Commentaires

Cette étude n'apporte rien de nouveau, on sait déjà que le spermatozoïde le "mieux portant" arrive en premier, qu'il soit ou non du même sécréteur, et que ce spermatzoïde soit ou non (vis à vis de ses autres copains) bien portant (sinon les maladies génétiques n'apparaîtrait pas...).

"mais reste que je crois bien que personne n'a eu l'idée de supposer que, peut-être, ça se pourrait bien que ce patraquage (du verbe patraquer : devenir patraque) spermatique soit aussi (parce que les causes peuvent être multiples) lié au fait que les femmes n'ont pas assez d'amants."

Il est évident que ce n'est pas le nombre de partenaire sexuel d'une femme qui définit la fertilité du résultat, mais la fréquence de rapport sexuel avec un seul homme (avec plusieurs il y a des chances qu'elle soit moindre côté homme). En effet, tel un muscle qui grossit au fur et à mesure qu'on le fait travailler, les testicules vont se mettre à produire des spermatozoïdes de meilleures qualité au fur et à mesure qu'on les sollicites et qu'on renouvelle le contenu (tare, malformation, problèmes éventuellement lié à l'age et pertubateur endocrinien mis à part).
Si les hommes s'adonnaient à la polygamie et les femmes à la polyandrie nous serions amenés à une plus faible diversité génétique du fait que le plus fertile gagne toujours (risque accrue "d'inceste" involontaire, apparition de maladie génétique lié à ce manque de brassement génétique => forme de retour case départ, ... etc).

"(parce que les causes peuvent être multiples)": Il n'y a que les pertubateurs endocrinien (tabac, plastique bouteille,...), sinon c'est la (quasi) stérilité (mais là pas d'enfant, ou médicalement assisté...). Un même individu verra ça fertilité changer suivant le lieu où il se trouve à chaque instant. C'est le changement de mode de vie qui conduit à une meilleure (ou pire) descendance (aussi bien sur le plan fertile que n'importe quel autre).

L'homme ne paye pas le prix d'une sexualité féminine bornée et contrôlé mais d'un manque de pratique (qui est issu du stress, fatigue, refus de l'autre... et dans la mesure où il le respecte,... etc). Quand au patriarcalisme c'est justement l'un des trucs qui règle le problème puisque dans le cas contraire un homme serait moins à l'aise socialement avec les femmes, et donc, consentirait bien moins à ce reproduire avec elles (ou les chosifierais d'avantage), privilégiant la masturba... .
Par conséquent, la balle que l'homme ancestral s'est tiré dans le pied n'est autre que celle du "progrès" et non celle de ces origines.

La nature étant bien faite, elle va doter un individu en fonction du besoin, et non de manière à le faire choir (=> fertilité ne peut qu'augmenter si la génétique à son mot à y dire), et ce tout en restant dans les limites de ce qu'il est sensé être.

Écrit par : Blu | 01 février 2011

@ Blu : au départ, vous penserez que ça n'a rien à voir, mais en fait, si ; je vous conseille donc vivement de lire cet article : http://www.mediapart.fr/club/blog/yann-kindo/310111/les-ogm-le-finalisme-et-les-idees-recues-en-biologie
en vous remerkiant

Écrit par : PS | 01 février 2011

Il faudrait que vous précisiez votre pensée vis à vis de cet article...
Loin de moi l'idée de me réfugier dans Dieu si c'est ce que vous essayer de me faire penser... je ne suis pas du tout religieux et donc pas du tout créationniste.
Mais cela ne nous empêche pas de penser qu'il y a des conditions cinéquanones à l'existence de la vie...
Il est vrai que les désideratas de la nature pourraient éventuellement transparaître de par son caractère aléatoire (qui tend à faire penser qu'elle fait un peu ce qu'elle veut quitte à ce que ce ne soit pas spécialement utile).
Mais ce n'est pas pour autant qu'elle a le pouvoir que vous lui prêtez sur la fertilité. Elle peut en effet rendre un individu stérille par le biais d'une mutation "non voulue" sur un gène (mais là pas d'enfant possible), mais autrement, la fertilité est une conséquence de la structuration d'un gamète (sinon les pertubateurs endocriniens n'aurait pas les effets qu'on leur connais).

J'en vient à cela car, si j'essaie de saisir le rapport entre l'article du lien et le votre, je devrais comprendre que la nature ferait exprès de rendre certain individu d'une même espèce moins bien que d'autre dans le domaine de la fertilité. Sachant ce vers quoi nous menerai une faible diversité génétique, une espèce courrerais, dans l'absolu, inévitablement à une extinction programmée par une telle pratique de mère nature, et ce alors même que tout nous pousse à survivre au fond de nous... . De par ce raisonnement, et la nature apparente de mère nature..., ne serait-il donc pas plus sage de justement encadrer nos activités de survie ( :D ) afin d'assurer au mieux la pérénité de notre espèce. Parceque pour qu'il y est sélection, encore faut-il qu'il y est le choix et la possibilité de différencier les individus... et d'un certain point de vue, globalement, nos pratiques contribuent à une forme de sélection naturelle... .

Écrit par : Blu | 01 février 2011

Qu'à une idée lancée s'oppose l'antithèse affirmée est chose courante.
Celui qui parle en second croit toujours avoir raison voire le dernier mot...
Je crois que la reproduction de l'humanité évolue à travers des comportements
liés à la nature mais aussi aux caractères féminins et masculins s'affrontant,
et donc pouvant dérégler cette reproduction. ( C'est clair, non ? )

Au fond, ceux qui réfléchissent aux choses pour savoir comment ça marche, s'opposeront toujours
à ceux qui pensent que c'est étudié pour...et on fermera tous les blogs, les seconds se
faisant chier comme des otaries et se mettant à baiser, relançant la machine de reproduction comme
aux plus beaux jours !

Amen ! ( J'ai fait long exprès, pour bien marquer mon territoire ! )

Écrit par : Jack Le Pirate | 01 février 2011

Moi, ça va bien merci...
Habemus due et bene pendante ;-)) ...

Écrit par : zipzap | 01 février 2011

@ Blu : "cinéquanones" ?
Une condition sine qua non (la condition nécessaire) était à l'origine un terme juridique latin signifiant « sans laquelle cela ne pourrait pas être ».
Cela s'écrit en italique dans un texte en romain, en romain dans un texte en italique. Et nul besoin de guillemets.

Écrit par : newsreader | 01 février 2011

Merci pour cette précision newsreader, je savais déjà le terme juridique (ce qui ne l'empêche pas de l'utiliser hors), mais je viens effectivement de voir que j'ai fait une faute de frappe.

Merci.

Écrit par : Blu | 01 février 2011

Cet article à sensations de merde trouve son contenu dans un raccourci syllogique.

Si l'accouplement d'une espèce se base sur le choix d'un partenaire par la femelle, alors elle privilégie son patrimoine génétique (qualités de l'individu)
Si au contraire plusieurs mâles copulent avec la même femelle, alors l'individu qui a le plus de chance d'avoir une descendance est celui dont le sperme est le plus fertile.

Et la descendance de cet individu dont le sperme est le plus fertile aura également une semence plus fertile puisqu'il est question de génétique. cqfd

Écrit par : Laurent | 01 février 2011

@ Laurent (déjà, prenez vos gouttes)

je ne comprends pas le lien logique ("au contraire") entre votre 2ème et 3ème phrase

sinon, je ne vois pas en quoi vous contredisez mon hypothèse - qui a besoin d'être testée empiriquement, vous vous portez volontaire ? -, car si une femelle n'a pas le choix, non pas dans la date, car il y aurait contrepèterie, mais dans son/ses partenaire(s) sexuel(s), alors en quoi elle ne pourrait pas se faire féconder par des individus moins fertiles (par rapport au pool disponible) et donc perpétrer cette moindre fécondité à travers les générations ?

si vous êtes gentil, je vous parlerais de ces gens qui pensent que le déclin du sperme est lié à la procréation médicalement assistée (vu que "la nature fait bien les choses", LOL)

Écrit par : PS | 01 février 2011

"je ne comprends pas le lien logique ("au contraire") entre votre 2ème et 3ème phrase":
Eh bien, si j'ai bien compris ce que Laurent dit, soit une femme et un homme se rencontrent et font un enfant en fonction de leur patrimoine respectif (que les 2 personnes soient peu ou très fertiles). Soit on laisse place au hasard... grossomodo.

Écrit par : Blu | 02 février 2011

"- qui a besoin d'être testée empiriquement, vous vous portez volontaire ? -":
Ca va pas la tête?? Pourquoi cela aurait-il besoin d'être testé empiriquement alors qu'on connais déjà l'issue ... néfaste ... sur le long terme (au fur et à mesure qu'on avance dans ce système les pools seraient de moins en moins diversifiés et/ou grands ... fonction de la morale vis à vis de la diversité d'un pool dans un tel contexte ..., sans parler du fait que les gens veulent une descendance à eux, afin de laisser une empreinte de leur passage, et ce alors même qu'ils seraient bien portant).

"alors en quoi elle ne pourrait pas se faire féconder par des individus moins fertiles (par rapport au pool disponible) et donc perpétrer cette moindre fécondité à travers les générations ?":
Ca va un peu à l'encontre de l'idée de votre article... Si le moins fertile fait des enfants, quel serait l'intérêt de la polyandrie dans le sens Darwinien puisque un meilleur fertile que lui n'aurait pas d'enfant (système de pool oblige)? => encadrement meilleur choix.
(cela n'engage que moi mais, à ce moment là j'ai pensé que tout ce que vous recherchiez est un plan à plusieurs... parceque si le père génétique est très fertile, il ne saurat plus où donner de la tête... parmis toute les femmes qu'il auras mis en coque, et ce dans la mesure où vous le retrouverez..., et puis les conséquences psychologiques sur l'enfant (et la qualité des moeurs sociale une foi la génération adulte) on en parle pas...).

"ces gens qui pensent que le déclin du sperme est lié à la procréation médicalement assistée":
Je tendrais à le penser également, mais si c'est le cas, l'impact reste négligeable... de plus selon cette étude ( http://www.gynecoquebec.com/gynecologie/santedelafemme/sujets-14-infertilite.php ) c'est les femmes qui sont le plus touché par l'infertilité (deux tiers) et donc nous amènerais à la polygamie (et non la polyandrie si on suis votre logique). Ce qui d'une manière serait plus plausible puisqu'en général elles constituent entre 50 et 52% d'une population en fonction des pays... (Inde mise à part)

"(vu que "la nature fait bien les choses", LOL)": Les mutations aléatoires font partie de la nature, elles peuvent améliorer ou faire le contraire (à la manière d'un groupe test), en soi elle le fait bien je trouve... mais une sélection naturelle impose un concept de competitivité, et par définition une tare stérillisante en exclu un individu.

Écrit par : Blu | 02 février 2011

Un article sans intérêt ni fondement réel,il suffit de regarder l'Europe vieillissante et les pays comme l'Inde,le Nigéria,ou la Chine où les femmes ne s'adonnent pas à autant d'homme qu'ici et voir leurs fertilités.

Écrit par : bozo | 02 février 2011

> à coups de patriarcat

C'est bien connu, c'est à cause du patriarcat que tous les maux sur terre se sont abattus.
Vous oubliez de dire que, depuis tout temps, c'est la femme qui a toujours le fait le choix final du partenaire.

Écrit par : Early | 02 février 2011

@ Blu, je ne sais si la qualité de votre sperme est lié à la longueur de vos commentaires mais vous noyez en tous cas vos idées et celles des autres dans un flot incontinent de vos pensées.
Faire du mot à mot est chose facile et je suis sûr que vous allez débiter ( oui, c'est volontaire...) autant de phrases bien pensantes contredisant chaque partie de texte de Peggy.
Vous faites soit un numéro de violette, envoyé par un frustré mouché d'un précédent article; soit vous êtes un fieffé malpoli de vous comporter en donneur de leçons perpétuel.

Mettez donc le lien de votre blog, qu'on ne perdre pas une goutte la science infuse qui est votre, mais pas la clarté car je note bien que c'est la quantité qui est notable chez vous. Pas de mot à mot sur votre commentaire , car je ne trouve pas beaucoup d'idées personnelles dans vos propos. Pratiquer le sophisme n'est pas mon dada, je vous le laisse...

Écrit par : Jack Le Pirate | 02 février 2011

@Jack Le pirate, je ne sais rien de la qualité de mes gamètes... donc la longueur de mes commentaires en est indépendant je pense.
Faire du mot à mot c'est pour que tout le monde puisse comprendre/suivre (je compartimente), je ne voudrait pas qu'on me dise que mes commentaires sont fumeux... . De plus, à mon sens c'est une forme de respect envers envers le travail du rédacteur d'un article (que cet article soi pertinent ou pas à entrer en ligne de compte). En effet ça montre que je ne fait pas une synthèse grossière de ses dits, ce qui, sans pratiquement nul doute, ne vous aurais pas retenu de me le faire remarquer (le fait que vous l'appelier par son prénom étant révélateur d'un certain ... intérêt ... à le faire).

"Vous faites soit un numéro de violette, envoyé par un frustré mouché d'un précédent article;":
Je n'ai pas tout bien lu en détail (je viens juste d'arriver sur le blog, profitant d'une petite convalesence, j'ai vu cette rubrique sur 20 minutes.fr, je me suis dit un petit coup d'oeil... mais ne vous inquiétez pas je ne compte pas, rester davantage puisque cela vous trouble à ce point) mais pour le moment je ne ressent pas la moindre frustration (ni quoi que ce soit d'autre) vis à vis des précédents articles de ce blog...

"soit vous êtes un fieffé malpoli de vous comporter en donneur de leçons perpétuel":
Ca c'est vous qui l'interprétez ainsi (peut-être du fait que ça ne correspond pas à vos idée), à mon sens je n'ai encore donné aucune leçon... éventuellement prise de conscience...

"Mettez donc le lien de votre blog, qu'on ne perdre pas une goutte la science infuse qui est votre, mais pas la clarté car je note bien que c'est la quantité qui est notable chez vous.":
Et pourquoi donc j'aurais un blog... c'est obligatoire? Et puis la quantité c'est très relatif... j'ai fait au plus cour là.... si vous vous êtes perdu la-dedans...

"Pas de mot à mot sur votre commentaire , car je ne trouve pas beaucoup d'idées personnelles dans vos propos.":
Dixit quelqu'un qui se plaint que je me ferait donneur de leçon... . Vous vous plaigniez du fait que je suis objectif? C'est la meilleure...

"Pratiquer le sophisme n'est pas mon dada, je vous le laisse...": pauvre Jack, il se retrouve au pied du mur quand il voit que ce qui coule de source est en contradiction avec ses idées, il décrete donc, pour peut-être protéger une forme de perversion, que c'est du sophisme. Le sophisme je ne le pratique pas non plus, c'est trop voyant et je pense que mon statut actuel ne me permettrait pas une telle habitude d'ailleur... . Bref libre à vous de le croire que s'en ai si ça vous déplait tant, je n'en ai cure...

Écrit par : Blu | 02 février 2011

ERRATUM:
"(que cet article soi pertinent ou pas à entrer en ligne de compte)"
Il faut évidemment lire: (que cet article soi pertinent ou pas n'a pas à entrer en ligne de compte)

Écrit par : Blu | 02 février 2011

@ Blu....
Pas d'humour
Textes toujours trop longs
Pas tout lu, mais vous voulez répondre
Pour une ligne, quatre de réponses
Malpoli je réitère et fier de l'être en plus
Et donc pas de blog, plus facile d'aller mettre ses crottes ailleurs...
Cure de rien, et pourtant tant de mots pour rien
Toujours pas d'avis perso mais vous défendez une pensée unique imaginaire alors
Sophiste et snob c'est le bouquet
et on rajoute un oubli car c'est encore trop court...

Vous voulez savoir pourquoi votre femme s'est tirée ?
( ou tirée par un autre, c'est meilleur pour la reproduction ) ^^

Écrit par : Jack Le Pirate | 02 février 2011

@P.S. Si vraiment vous voulez vérifier de façon empirique les résultats, je ne suis pas contre la proposition de se réunir tous les commentateurs de cet article avec vous.

Les testicules ne sont apparement pas les seuls organes touchés par la déliquescence propre à notre époque, mais je vais néanmoins vous expliquer très lentement:

Si une femelle s'accouple avec plusieurs mâles, alors en terme de probabilité celui qui a le plus de chances de la féconder est celui qui a le sperme le plus fertile. Cependant, comme beaucoup de mamifères les hommes choisissent en général un partenaire donc l'apparence physique et sociale est optimale. Aucune personne n'a la moindre information sur la fertilité d'une personne selon son apparence.

Ce mode de reproduction n'a aucun rapport avec la baisse du nombre de spermatozoides puisque celle-ci est récente alors que l'homme se reproduit depuis maintenant 100 000 ans selon le mode de la monogamie. La quantité de spermatozoide est nettement suffisante pour permettre la reproduction en théorie, sinon nous ne serions plus la depuis longtemps.

La seule raison de cette baisse est la dégradation par des causes extérieures style produit chimique, pesticides et ondes wifi par exemple.

Écrit par : Laurent | 03 février 2011

Je pense qu'on se prend un peu trop la tête et que la nature garde ses secrets et tant mieux car cala permet aus humains curieux de ne pas modifier le cours de la nature. Une femme peut coucher avec 10 hommes sans tomber enceinte, une jeune fille peut tomber enceinte en 30 secondes avec un amant qui fait attention etc ...

Écrit par : sextoys femme | 06 février 2011

J'ai déja entendu que le sperme n'allait pas très bien, mais que c'était essentiellemnt à cause des produits et additifs nefastes pour la santé que l'on retrouve dans la nourriture de "moderne". Je pense que c'est pltôt une dégradation chimique plus que le nombre de partenaires sexuels de sa mère. Mais, bon, c'est un avis comme un autre ....

Écrit par : plaisir sexuel | 09 février 2011

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu