Avertir le modérateur

05 février 2011

Peut-on devenir homosexuel à cause d'un médicament ?

 

542489592_6525fd07b4_o.jpg

C'est l'histoire de Didier Jambart, un homme de 52 ans, atteint de la maladie de Parkinson, et qui attaque en justice le laboratoire GlaxoSmithKline (GSK). Pour Didier Jambart, le ropinirole, molécule que la firme commercialise sous la marque Requip, l'a rendu gay, obsédé, et accroc au jeu. Traité entre 2003 et 2005, il y a laissé toutes ses chemises, une grande partie de sa (selon lui) dignité, et demande aujourd'hui réparation à hauteur de 450 000 €.

Alors évidemment, vous vous demandez tous (et surtout si vous avez mauvais esprit) s'il est possible qu'un simple médicament fasse virer sa cuti (c'est ce qu'on disait dans mon jeune âge pour signifier un craquage de slaïpe) à un brave père de famille de l'Indre, accessoirement responsable de dossiers « secrets défense » ?

(Jézu ! Un spion dans la famille !)

Et bien, je sens que je vais en décevoir beaucoup : non. Il est donc tout à fait probable que Monsieur Jambart ait eu ses envies homosexuelles avant que son cerveau ne produise plus assez de dopamine et qu'une molécule se charge de rétablir la balance. Molécule qui a quelque peu mis la zermi dans le système de récompense de son cerveau et les a rendues « incontrôlables ».

D'ailleurs hasard du calendrier (« il n'y a pas de hasard, il n'y a que des complots », disait je ne-sais-plus-qui rencontré dans l'Indre, je crois), une étude vient tout juste de sortir et montre ce qui se passe dans le cerveau des parkinsoniens atteints de compulsion au jeu.

Car la dépendance au jeu en tant qu'effet secondaire de certains antagonistes dopaminergiques, prescrits pour traiter Parkinson est, quant à elle et par contre, bien documentée. Le laboratoire incriminé par Monsieur Jambart avait même révisé la notice de son médicament en 2006.

(Soit malheureusement un an après l'arrêt de son traitement, mais là où il pourrait s'estimer heureux, c'est qu'il aurait pu à la fois prendre du ropinirole ET assister au lancement de Chatroulette.)

Commentaires

Je comprends tout à fait ce que vous voulez dire. En un sens, vous avez raison. Il y a très certainement un état préexistant. Et d'un autre côté, non, car nous sommes tous un amas de pulsions refoulées. Qui doivent le rester, pour le bien (ou à tout le moins pour le bien supposé) de la société.
En conséquence, pour ne citer que le P... (fluoxétine) et quelques benzodiazépines, qui ont le redoutable pouvoir de libérer les tabous, les interdits, que nous nous sommes imposés (ou fait imposer), je peux à loisir grâce à ce traitement :
- devenir incestueuse ;
- tuer tous mes enfants et me suicider ;
- buter mon patron (ou mon ex-patron)
- flinguer tout le monde au tribunal de Nanterre...
alors que je ne l'aurais JAMAIS fait, si je n'avais pas consommé ces molécules.
Monsieur ne se serait peut-être donc jamais révélé son homosexualité latente.
Dans les nombreux cas de procès dont fait l'objet le laboratoire L. pour sa molécule P., grand succès à travers le monde (car un médecin est bien impuissant face à la misère, la détresse, il ne peut offrir un boulot ou un logement, P. est donc le cautère idéal pour la jambe de bois de notre monde impitoyable), le P. avait été prescrit à des personnes en grande difficulté (chômage, misère, perte de logement...) et qui n'avaient besoin que de ce coup de pouce - désinhiber ! -pour un passage à l'acte assez immédiat (avec le P., cela va assez vite !).

Enfin, il est clair que le Pentagone avait lancé à un moment des recherches, qui ont été abandonnées, et qui consistaient à faire virer sa cuti à l'ennemi par simple pulvérisation sur les zones de combat. On imagine bien l'effet boomerang, ce n'était pas très malin. De quoi était composé ce gaz expérimental ? Hormones ? Autres ? Toujours est-il que les recherches partaient du postulat que oui, il est bien possible de faire changer un comportement sexuel de façon radicale par le biais de substances chimiques.

Les ours deviennent hermaphrodites. Les poissons aussi changent de sexe massivement.(ce n'est pas en consommant bio et naturel !) Cela impacte nécessairement leur comportement amoureux ...

Écrit par : martina7 | 06 février 2011

Les médicaments, en ce moment ont le vent en poupe ... entre ceux qui rendent malades, ceux qui sont innefficaces, ceux qui rendent un hétérosexuel homosexuel, les coupe-faims qui font grossir etc. il faudrait faire une étude pour savoir quels médicanents permettent de gaganer au loto ;-)

Écrit par : lingerie gay | 06 février 2011

demandez aux mères qui rendent l'environnement social minés de peur pour leur enfants et particulierement les petits garçons, devenu grands, ces monstres de femmes leur fond peur et se refugie,dans l'anormal... fausse confiance, quand ce n'est pas purement et simplement des abus sexuels,dont le fait d'adulte de sexe féminin,plus caché,est bien moins decelable,on en parle pas et ainsi des familles entieres promene cela de generation en generation,on désigne trop facilement le mal être des hommes adultes,il y a des taboux auquel il ne faut pas toucher mais conserver pourtant tous sexe confondu,nous en subissons les conséquences!

Écrit par : élicoÏdale | 07 février 2011

la chute au top!

Écrit par : caro(roca) | 07 février 2011

Si un médicament qui n'est rien d'autre qu'une drogue avec un nom propre peut rendre con, on peut tout envisager,mais pourquoi spécialement gay, je ne vois pas, à moins d'être homophobe et de voir l'homosexualité comme une maladie.
On peut aussi devenir zoophile nécrophile en se soignant avec des médecines douces.

Écrit par : argos59 | 07 février 2011

L'image retenue pour illustrer votre article est minable et plutôt inconvenue.

Tous les homosexuels ne se travestissent pas et tous les travestis ne sont pas des homosexuels.

Minable amalgame...

Pour le reste, vous contez simplement l'histoire d'un homosexuel refoulé; un type qui un jour découvre ce qui était enfoui au plus profond de lui... UN cas parmi tant d'autres... Cet homme n'est pas le seul au monde...
Il essaie de surfer sur la vague Médiator...
Son but ne semble être pas autre que le souhait de renflouer ses comptes en banque après s'être probablement fait plumer au jeu!

Écrit par : pierre | 07 février 2011

Après le Nutella qui fait grossir, le médicament qui rend gay, fallait oser...

Écrit par : Pazmany@jeune-garde87.org | 07 février 2011

J'en commanderai deux douzaines de boites svp ! j'ai des amis à convertir :p

Écrit par : key | 07 février 2011

C'est encore mieux que le mediator :-) un médicament qui rend gai, çà pourrait être amusant, mais un médicament qui rend gay ... est beaucoup moins drôle pour un hétéro sans conditions !!!

Écrit par : sex shop | 07 février 2011

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu