Avertir le modérateur

14 février 2011

L'histoire d'amour génétique entre l'humain et de la gonorrhée

2720777857_26a1cc9eab_z.jpg

N'est-il pas de meilleur moment que la Saint Valentin pour vous parler de chaude-pisse? Hein? Je vous le demande.

Voici donc cette merveilleuse gonorrhée, une maladie sexuellement transmissible et ses nombreuses caractéristiques bien formidables, à savoir qu'elle est à la fois l'une des plus vieilles pathologies connues (on en parlerait dans la biiiiiiiible!) ET l'une des rares à ne toucher QUE les humains. C'est foufou! Vive la gonorrhée!

Mais ce n'est pas tout! La bactérie responsable de cette vilaine infection génito-urinaire, le gonocoque Neisseria gonorrhoeae (mieux vaut ne pas chercher ce terme sur Google Images, enfin, je dis ça, je dis rien), est désormais la première dans laquelle des scientifiques ont découvert une partie d'ADN humain! Mais oui! Le transfert génétique que les anti-OGM décrient tant, quitte à réduire à néant et à coup de serpette des mois et des mois de recherche scientifique sous prétexte qu'un autre monde est possible (quoi ? Je dévie de mon sujet ?) arrive aussi bel et bien dans la «nature»!

En réalité, ce phénomène est déjà largement documenté entre des bactéries, ou des bactéries et des levures. Mais, comme le fait remarquer l'extraordinaire auteur principal de cette étude mirifique, Mark Anderson, membre du laboratoire de Hank Seifert (et qui, pour sa part, étudie la gonorrhée depuis près de 28 ans)((cela m'émeut, pardonnez-moi)), entre une bactérie et l'humain «c'est un saut très important».

Là, évidemment, je pourrais dire un truc du genre «bah, c'est pas étonnant pour la gonorrhée, qui a quand même l'habitude de bien se faire sauter». Et tout le monde ferait : warf warf warf.

Sinon, blague à part, la gonorrhée touche environ 50 millions de personnes dans le monde, elle peut-être très grave, en particulier chez les femmes, et développe une gentille résistance aux antibiotiques depuis près de quarante ans. Alors, si en tant que partisan acharné de José Bové, le transfert génétique vous fout les foies, vous savez ce qu'il vous reste à faire: sortez couverts. Ça vaut d'ailleurs aussi pour les amateurs de nucléaire, de 4x4, et pour tous les autres.

08 février 2011

Bzzz

 

64217979_e8bc78b3b4_z.jpg

Comme je sais que vous aimez approfondir vos connaissances, et que vous n'êtes pas du genre à vous satisfaire de gros titres racoleurs zé réducteurs, voici une autre étude concernant le lien entre polyandrie et fertilité.

Cette fois-ci, ça se passe chez des mouches. Ici, plus mesdames les mouches batifolent avec de mâles différents, plus elles pondent d'oeufs, et plus leurs bébés mouches ont de chances d'arriver à l'âge adulte.

(Si vous êtes mignons, je vous parlerai un jour de la stratégie [K] et de la stratégie [r])

(et cela n'a rien n'a voir avec Arafat)

17:03 Publié dans la Science, la Vraie | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : compétition spermatique | |  Facebook

18 janvier 2011

Le soja réduit-il vos testicules ?

 

4567813636_c8a0fdc3a5_z (1).jpg

Aimant par-dessus tout les transitions bien lubrifiées (hmmm, ouh la laaaa), j'aimerais aujourd'hui vous entretenir du soja. Oui, car qui dit Asie dit soja, c'est comme ça.

Car aujourd'hui, donc, figurez-vous que je suis tombée sur cette brève, à savoir que la consommation de tofu réduirait la taille des testicules. Je tiens à vous prévenir tout de suite, cela vient d'un site québécois, et il s'agit d'un canular (= quelque chose de pas vrai ; sachez qu'à 20 Minutes, nous mettrons tout en œuvre pour parfaire votre connaissance du monde actuel). Car de la même manière que chacun sait que les Japonais sont d'acharnés travailleurs, chacun sait aussi que les Québécois sont de fieffés rigolos. (J'ai décidé de bientôt me présenter à la présidence française, et donc de m'exercer dans l'argument hautement politique zé efficace du chakinsé, cher à nos actuels gouvernants)((Anticipant en général celui du cécuikidikié, mais laissons ça à plus tard, voire à jamais, le blog de cul se mariant assez mal avec de perfides remarques acerbes sur la politique))(((c'est d'ailleurs pour cela que, dans les mariages, on conseille au peuple de parler cul plutôt que politique))).

Bref.

Parce que je sais que vous vous le demandez - de la même manière qu'on peut se demander si les ondes wifi attaquent la tête, si les lampes à sel guérissent du cancer, ou si la récente modification des signes du zodiaque aura un effet direct sur l'apocalypse maya, aglagla -, voyons donc si le soja peut réellement réduire la taille des testicules. Ah ah. Et bien j'ai beau faire ma maline, ce n'est pas un sujet si facile.

 

Prenez cette étude, par exemple. En gros, des chercheurs de l'Université d'Auburn, dans l'Alabama (si vous croyez que je vais faire une blague aussi grossière que d'inférer sur la couleur capillaire des étudiants d'une telle université, c'est bien mal me connaître) ont donné à manger des isoflavones de soja à des bébés rats. Pourquoi des isoflavones ? Mais que de questions rhétoriques ! Parce que ces molécules s'hydrolysent avec la flore intestinale pour former de la génistéine et de la daidzéine, deux substances chimiques qui ont la malencontreuse capacité de se lier aux récepteurs œstrogéniques de certaines cellules et d'en modifier l'expression génétique. Autrement dit : moche.

Résultat de l'étude : Un tel régime augmente le nombre des cellules de Leydig des rats, et affecte directement la production des hormones masculines, en premier lieu desquelles la testostérone dont les concentrations augmentent dans les testicules des rats adultes ! Ce qui nous dit pas, je vous le concède, ce qu'il en est de leur taille.

 

Là où les choses se compliquent, c'est quand on regarde cette autre étude. Ici, ce sont des tous petits bébés lapins qui ont reçu un régime similaire lorsqu'ils étaient dans le ventre de leurs gentilles mamans lapin, puis quand ces mêmes mignonnes mamans les allaitaient. Oui, vous avez compris, cette étude, menée par des chercheurs de l'Université de Brasilia, au Brésil, consistait à nourrir des lapines au soja et d'en voir les effets sur leurs lapereaux, mais on m'a parfois reproché d'avoir un vocabulaire trop aride. Alors je m'adapte.

Résultat de l'étude : pas grand chose. Aucune différence significative n'a été remarquée dans la taille des testicules, la densité et la qualité du sperme, ainsi que la sexualité en général, entre les bébés lapins nourris au soja devenu adultes, et ceux nourris sans soja.

 

Parce que jamais deux sans trois (autre belle formule de nos campagnes françaises où des générations de patates se succèdent les unes aux autres pour défendre notre belle patri-euh)((oui, chut, pardon)), voici une dernière étude. Peut-être la plus intéressante des trois parce qu'elle concerne des bébés humains. (J'aime beaucoup les animaux, mais il va sans dire qu'au niveau de nos différences, nous ne sommes pas pareils). Voilà, blablabla, vous commencez à comprendre le truc, on donne du lait de soja, du lait maternel (qui sort des gros seins des meufs - salut ô toi pervers de Google) et du lait de vache à des bébés. On =les chercheurs du département de sciences médicales de l'Université de l'Arkansas - j'aurais tendance à dire Arkansa', comme d'autres disent anu' quand il s'agit de l'orifice terminant le rectum, mais c'est un autre sujet -, regarde ensuite par le biais d'affreux moyens aussi invasifs que mortels (= une échographie) ce qu'il en est, et plus précisément chez les bébés âgés de 4 mois. (Mais je déconne sur la dangerosité de l'échographie ! Arrivant à la fin de ma démonstration, permettez-moi un peu de drame visant à rebooster votre attention !).

Résultat de l'étude : rien du tout. Rien n'indique que le lait de soja induise une quelconque modification œstrogénique dans les organes génitaux de nos petits cobayes.

 

Conclusion générale et néanmoins provisoire (c'est ça la Science). Le soja, c'est bon, mangez-en. Et surtout arrêtez de vous regarder l'intérieur du slip.

(P.S. Et si le cœur vous en dit, continuez de sonder les entrailles des recherches sur le sujet, et laissez-moi un petit commentaire si jamais vous trouvez l'étude qui mettra tout le monde d'accord)

***

Crédit photo

 

 

03:43 Publié dans la Science, la Vraie | Lien permanent | Commentaires (14) | Tags : soja, testicules | |  Facebook

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu