Avertir le modérateur

20 janvier 2011

La grippe du pénis

 

its-not-lupus.png

La vie est ainsi faite que j'en apprends tous les jours, et c'est merveilleux vous savez. Présentement, la dernière en date à avoir rendu mon cerveau tout ébahi concerne :

1/ la découverte du « syndrome du trouble post-orgasmique » - un ensemble de maux divers et variés (d'où l'étiquette de « syndrome ») dont souffrent certains hommes après l'orgasme. Cela va de la fatigue intense (je voudrais faire une parenthèse, et je crois que c'est le bon moment de la faire, pour vous dire que je hais, de toute la force de ma haine, le terme de galipettes, parenthèse fermée), à une hypersensibilité au chaud et au froid, en passant par des symptômes grippaux - fièvre, écoulements nasaux (un nasal, des naseaux), maux de tête, etc.

Je me sens un peu morveuse (warf warf warf), parce que ce syndrome est documenté depuis quand ? Depuis 2002 ! Autant dire une éternité dans nos époques où tout passe tellement vite qu'on n'a plus le temps de ne rien faire.

Mais là où je me rattrape, c'est que :

2/ Des médecins viennent tout juste de faire une hypothèse étiologique qui a l'air assez sérieuse sur l'origine de cette maladie somme toute étrange (et si vous aviez cliqué sur le lien précédent, vous auriez su que je viens de me vautrer dans un pléonasme, soit dit en passant).

A savoir : il s'agirait d'une allergie au sperme.

Parfaitement, une réaction auto-immune qu'auraient certains hommes face à leur propre sperme et qui les rendrait malades dans la minute qui suit leurs éjaculations.

D'où l'intérêt de pouvoir jouir sans éjaculer, mais pas l'inverse, je ne vous le fait pas dire.

 

(Un concept auto-référencé s'est caché dans cet article, sauras-tu le retrouver ?)

 

***

Références :

Postorgasmic Illness Syndrome (POIS) in 45 Dutch Caucasian Males: Clinical Characteristics and Evidence for an Immunogenic Pathogenesis (Part 1)

Hyposensitization Therapy with Autologous Semen in Two Dutch Caucasian Males: Beneficial Effects in Postorgasmic Illness Syndrome (POIS; Part 2)

 

 

02:47 Publié dans Rapide | Lien permanent | Commentaires (21) | Tags : postorgasmic illness syndrome, pois, orgasme, sperme, allergie | |  Facebook

06 janvier 2011

Sperme et pollution : l'exemple chinois

2005218067_a5e8480c86_b.jpg

Vous n'êtes peut-être pas encore au courant, mais vous risquez de bientôt l'être : le sperme européen, américain et australien n'est pas en grande forme. En effet, selon un compte-rendu publié par l'European Science Foundation, 1/5ème des européens âgés de 18 à 25 ans seraient « sous-fertiles ». Quant à Shanna Swan, du Center for Reproductive Epidemiology, elle estime que le nombre de spermatozoïdes par éjaculat chute depuis plusieurs années de 3% par an en Europe et en Australie, et de 1,5% en Amérique.

Selon elle, même si des études supplémentaires sont nécessaires pour prouver la chose (certaines pointent d'ailleurs des soucis méthodologiques dans ce genre de constat), les produits chimiques, la pollution et, globalement, le fait que les hommes subissent moins que les femmes des pressions sociales quant à leur santé, leur bien-être, ou leurs régimes alimentaires, seraient responsables de ce ralentissement de la fertilité masculine.

En fouillant un peu autour de cette information (qui, pour mes plus affutés lecteurs, n'aura rien d'une nouvelle fracassante, j'en conviens bien), j'ai trouvé cette étude chinoise (ne parlant pas le chinois, j'ai dû me contenter du résumé, et je me sens un peu mal, je l'avoue) montrant que la qualité du sperme chinois est restée stable de 1985 à 1995, pour connaître ensuite une baisse relativement spectaculaire - soit -1,4% par an en termes de volume d'éjaculat, et de -2,15% en termes de nombre de spermatozoïdes.

Autrement dit : comme par hasard au moment où la Chine s'est éveillée (pour reprendre le bon mot de feu Alain Peyrefitte, ah ah quel margoulin) économiquement et industriellement parlant. Eveil qui s'est soldé et se solde par l'émission dans l'atmosphère, les sous-sols et les rivières d'une masse de produits chimiques pouvant rendre chauves (voire pire !) plusieurs générations de Nicolas Hulot(s).

Par contre, si vous voulez mon avis (et oui, vous le voulez) ce n'est vraiment pas une mauvaise nouvelle. Mais je vous expliquerai ça plus tard - ou pas. Lol.

***

Crédit photo

 

 

15:36 Publié dans En cours | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : sperme, pollution, chine, fertilité | |  Facebook

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu